Équipe musique en France

Description

Fondée en 2003 dans le cadre d’un projet de recherche autour de la vie musicale en France sous la IIIe République, l’Équipe « Musique en France aux XIXe et XXe siècles : discours et idéologies »a pour objectif de considérer selon une perspective multidisciplinaire les techniques, les formes et les genres qui ont contribué au développement de la modernité musicale en France, des années 1870 au milieu du XXe siècle. Cette période, ponctuée par une série de ruptures et de bouleversements, a vu s’affirmer les jalons de l’évolution des différents courants esthétiques et disciplines artistiques auxquels les chercheurs de l’ÉMF souhaitent enrichir notre compréhension. Le programme de l’ÉMF vise à considérer le rapport de la création musicale avec ses nouvelles conditions d’existence lorsque s’opère la mutation de la dynamique entre la tradition et la modernité en musique. De plus, les thématiques abordées par les onze chercheurs de l’équipe constituent un ensemble varié de sujets qui explorent la mutation de la dynamique entre la tradition et la modernité en musique selon deux axes principaux de recherche : la musique comme discours et les discours sur la musique.

Programme

AXE 1 – LA MUSIQUE COMME DISCOURS

Cet axe s’établit sur les particularités de la musique comme forme symbolique de discours. La musique y est considérée comme producteur de sens par sa structure propre, dans son interaction avec les autres arts et dans son insertion sociale.

Thème 1 : de l’atelier à la cité

Il s’agit d’une  d’exploration des paramètres compositionnels comme nécessité (obligation de modernité; obligation de tradition)  appuyé par une pensée intellectuelle menant à des prises de position idéologique, la question de l’œuvre musicale étant indissociable d’une diversité d’interprétation. Comment le compositeur dans son atelier (sa tour d’ivoire?) conçoit-il une musique qui participera à la vie de la cité moderne?

Projet 1a : Musique française et les variétés de classicisme;

Projet 1b : Langage musical. Polytonalité chez Milhaud et Stravinski, harmonie des quartes chez Koechlin

Thème 2 : du concert au disque

Il s’agit d’étudier l’effet du développement des technologies de reproduction et de diffusion sonore sur la création sonore La partition ne fixe pas tous les paramètres sonores: elle représente des potentialités devant s’incarner dans les gestes des interprètes. Avec l’accès de plus en plus large aux enregistrements de l’époque, la musicologie dispose d’outils nouveaux pour l’étude des œuvres musicales fixées sur un support, nous donnant accès à une image sonore concrète des partis pris des artistes quant à leur rapport avec la modernité et la tradition.

Projet 2a : La mélodie française. Une méthode d’analyse qui relie les procédés poétiques et musicaux au sein du genre «mélodie». L’interprétation de la mélodie et son évolution à travers les enregistrements;

Projet 2b : Musique radiogénique. Étude des conditions radiophoniques de création musicale 1930-1940.

Thème 3 : de la scène à l’écran

Approche analytique des nouvelles formes de création interdisciplinaire qui mettent à l’épreuve la dualité entre la résistance et la critique d’une certaine modernité et son intégration dans la notion même d’œuvre d’art interdisciplinaire.

Projet 3a : Le ballet français de l’entre-deux-guerres : à la croisée des arts. Étude interartistique de neuf ballets : Parade de Satie (1917); Le Bœuf sur le toit de Milhaud (1920); Les Mariés de la tour Eiffeldes Six (1921); L’Homme et son désir de Milhaud (1921); Skating Rink de Honegger (1922); La Création du monde Milhaud (1923); Within the Quota de Porter et Koechlin (1923); Le Train bleu de Milhaud (1924); Relâche de Satie (1924). Une approche analytique qui s’appuie sur l’interaction entre la musique et les diverses formes d’art (la littérature, la peinture et la danse) sur les plans sémantique, thématique, stylistique et formel;

Projet 3b : Étude analytique des œuvres destinées à l’opéra ou au théâtre (De Médicis*, Huebner, Ratner, Harbec);  théâtre musical de marionnettes de Vidal et Chausson;

Projet 3c : Musique imaginaire pour des films imaginaires chez Koechlin;

Projet 3d : Exotisme dans l’opéra de Saint-Saëns;

Projet 3e : Francis Poulenc, perspectives critiques. Réévaluation de l’œuvre de Poulenc par les filtres entre autres du rapport au néoclassicisme et de l’identité sexuelle.

AXE 2 : LES DISCOURS SUR LA MUSIQUE

L’axe 2 oriente les travaux de l’équipe vers l’étude des discours et des idéologies élaborés autour et sur la musique.

Thème 4 : de la musique à l’écrit

Il s’agit d’explorer la notion de valeur (esthétique, philosophique, politique, idéologique) de l’œuvre par l’intermédiaire du discours  des créateurs.

Projet 4a : Écrits et correspondances de Koechlin, Saint-Saëns, Chausson et Duparc ;

Projet 4b : Critique musicale et cinématographique d’Émile Vuillermoz;

Projet 4c : Enjeux esthétiques dans les écrits de Debussy, ses liens avec les écrits des artistes et théoriciens de son époque;

Projet 4d : Étude de l’influence des pédagogues français Nadia Boulanger et Olivier Messiaen sur les compositeurs québécois. Il s’agit d’une partie d’un projet plus vaste sur «La création musicale au Québec en regard des grands courants internationaux  (1930-1980) : de la modernité à l’avant-garde ».

Thème 5 : du musicien au public

Exploration de la presse écrite comme organe de changement dans les dynamiques du champ musical français. Étude des théories et des pratiques de la critique musicale (notion d’écoute, formalisme, médiation musicale, relation au public).

Projet 5a : Histoire de la presse musicale. Étude des revues musicologiques française entre 1900 et 1940 comme lieux de fondation de la discipline;

Projet 5b : Théorie et pratique de la critique musicale;

Projet 5c : Redécouverte de la musique ancienne à la Schola Cantorum.

Thème 6 : du national à l’international

Étude des transferts culturels à l’œuvre dans l’appropriation de la musique des «autres» (exotisme) et dans la circulation des œuvres et des artistes dans le monde faisant de la musique un élément d’un nouvel ordre international continuellement remis en question par les nationalismes.

Projet 6a : Les musiciens français à la Mozart-Woche des Deutschen Reiches, 1941;

Projet 6b : Étude des relations musicales franco-américaines;

Projet 6c : Exotisme musical chez Debussy, Ravel, la naissance de l’ethnomusicologie française.

Chercheurs

Marie-Hélène Benoît-Otis

Marie-Hélène Benoit-Otis est professeur adjointe à la Faculté de musique de l’Université de Montréal et chercheuse associée au Centre canadien d’études allemandes et européennes depuis janvier 2013. Elle est l’auteur d’une monographie sur le wagnérisme français (Ernest Chausson, Le Roi Arthus et l’opéra wagnérien en France, Francfort, Peter Lang, 2012), ainsi que de plusieurs articles sur Wagner, la musique française de la fin du xixe siècle, la propagande musicale pendant le IIIe Reich, la mise en scène lyrique et les opéras de Mozart. Elle a coédité les ouvrages collectifs Charles Koechlin, compositeur et humaniste (Paris, Vrin, 2010) et Écrits de compositeurs : Une autorité en questions (Paris, Vrin, 2013). Également active en tant que traductrice, elle a notamment réalisé une première traduction française des Fondements de l’histoire de la musique de Carl Dahlhaus (Arles/Paris, Actes Sud/Cité de la musique, 2013). Ses travaux bénéficient du soutien du CRSH (projet d’équipe sur la musique dans les camps de concentration, chercheur principal : Philippe Despoix) et du FRQSC (projet individuel sur Mozart et la propagande nazie en Autriche occupée).

Adresse électronique : marie-helene.benoit-otis@umontreal.ca

Jean Boivin

Professeur titulaire à l’Université de Sherbrooke, Jean Boivin détient un Diplôme d’études approfondies de l’Université Paris IV-Sorbonne et un doctorat en musicologie de l’Université de Montréal. Il s’intéresse depuis de nombreuses années à différents aspects de l’histoire musicale contemporaine, tant au Québec qu’en Europe. Son livre La classe de Messiaen  (Paris, Bourgois, 1995) a été couronné de plusieurs prix. Il a été invité à participer à plusieurs colloques internationaux et a collaboré à divers ouvrages collectifs (parus notamment aux éditions Garland, Einaudi, Actes Sud, IQRC, Ashgate et Symétrie) ainsi qu’à des revues, dont Circuit et les Cahiers de la Société québécoise de recherche en musique. Le prix de « L’article de l’année » lui a été décerné à deux reprises, en 1999 et 2002, par le Conseil québécois de la musique; il est à nouveau en nomination dans cette catégorie en 2013. Il a été le président de la Société québécoise de recherche en musique de 1998 à 2001 et le directeur du département de musique de l’Université de Sherbrooke de 2003 à 2006. Il prépare une monographie sur l’histoire de la musique moderne et d’avant-garde au Québec. Par ailleurs, Jean Boivin a travaillé plusieurs années à la chaîne culturelle de la radio de Radio-Canada et est régulièrement invité à présenter des concerts, notamment par l’Orchestre Symphonique de Sherbrooke.

Adresse électronique : Jean.Boivin@USherbrooke.ca

Sylvain Caron

Sylvain Caron

Professeur titulaire à la Faculté de musique de l’Université de Montréal, Sylvain Caron est membre de l’équipe Musique française du laboratoire Musique histoire et société (LHMS) et directeur du Groupe de recherche en Interprétation musicale, analyse et expression (GRIMAE). Ses recherches sont subventionnées par l’OICRM et le CRSH. Il est coéditeur de deux livres : Musique et modernité en France (PUM, 2006); Musique, art et religion (Symétrie, 2009). Il fait régulièrement des conférences et journées d’étude sur musique et peinture au Musée des beaux-arts de Montréal. Ses recherches s’inscrivent dans des collaborations internationales : Michel Lehmann (Institut de Recherche Pluridisciplinaire en Arts, Lettres et Langues à l’Université de Toulouse 2 – Le Mirail), Erica Bisesi et Richard Parncutt (Center for Systematic Musicology, Université de Graz) et Didier Grandjean (Geneva Emotion and Music Lab).

Adresse électronique : sylvain.caron@umontreal.ca

François de Médicis

François de Médicis est professeur titulaire en musicologie à la Faculté de musique de l’Université de Montréal.
Sur le plan de la recherche, ses travaux touchent plus particulièrement la musique française et russe (1870-1945). Il complète actuellement une monographie portant sur les années d’apprentissage de Claude Debussy (1880-1902) du point de vue du style, de l’esthétique et de la politique musicale.
Conjointement avec Michel Duchesneau et Steven Huebner, il dirige l’ouvrage collectif Debussy’s Resonance qui sera publié chez Rochester University Press. Il fait partie du comité de direction de l’édition critique des œuvres de Camille Saint-Saëns chez Bärenreiter, dont il prépare l’édition du volume consacré aux œuvres pour violon et piano. Conjointement avec Sylvain Caron et Michel Duchesneau, il a dirigé la publication de l’ouvrage collectif Musique et modernité en France (1900-1945), aux Presses de l’Université de Montréal. Il a publié des travaux sur différents compositeurs français et russes dans des revues internationales : sur Debussy (Acta musicologica 2007), sur Milhaud et la polytonalité (Music & Letters 2005; Il saggiatore musicale 2009), sur Scriabine (STM-Online 2009). D’autres travaux sur Debussy, Koechlin, Milhaud, Messiaen et Stravinski ont paru dans des ouvrages collectifs chez L’Harmattan, les Presses de l’Université de Montréal, la Sorbonne, Symétrie, Vrin et Dohr (Cologne).

Adresse électronique : francois.de.medicis@umontreal.ca

Michel Duchesneau

Michel DuchesneauTitulaire de la chaire en musicologie de l’Université de Montréal, Michel Duchesneau est l’auteur du livre L’avant-garde musicale en France et ses sociétés de 1871 à 1939 (Mardaga, 1997), du collectif Musique et modernité en France (PUM, 2006), d’articles et de conférences sur la musique française de la première moitié du XXe siècle. Appuyé par une subvention du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada (CRSH), il a réalisé deux volumes consacrés aux écrits du compositeur et pédagogue français Charles Kœchlin (Mardaga, 2006 et 2009). En 2002, il a fondé l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique (OICRM) dont il est toujours le directeur. Duchesneau est également à la tête de l’équipe de sociomusicologie qui mène actuellement un projet sur le Développement des publics de la musique au Québec. En 2012, il a reçu la Médaille Dent pour souligner sa contribution exceptionnelle à la musicologie.

Adresse électronique : michel.duchesneau@umontreal.ca

Catrina Flint

catrinaflint-photo-ams-neMusicologue spécialiste de la musique et de la vie musicale en France pendant la fin-de-siècle, Catrina Flint a complété un doctorat à l’Université McGill avec une thèse portant sur la redécouverte de la musique ancienne entamée par la Schola Cantorum. Un ouvrage tiré de la thèse de Madame Flint a été publié sous contrat pour la série prestigieuse Eastman Studies in Music. En plus de ses publications parues dans Nineteenth-Century Music Review et Intersections, Catrina Flint a présenté un grand nombre de communications à des colloques nationaux et internationaux, incluant quatre communications à la réunion annuelle de l’American Musicological Society. Membre fondateur du groupe de recherche international Francophone Music Criticism Network, Catrina a aussi travaillé à deux reprises avec le C.E.S.R. (Tours) sur le sujet de Charles Bordes. Chercheure subventionnée à la fois à deux reprises par le C.R.S.H. et le F.R.Q., en 2009 la ville de Vouvray a présenté un médaillon à Catrina pour sa contribution au centennaire de Charles Bordes.

Adresse électronique : flintc@vanier.college

Jacinthe Harbec

Jacinthe Harbec est professeure titulaire à l’Université de Sherbrooke, où elle enseigne l’écriture et l’analyse de la musique des périodes baroque, classique, romantique et moderne. Ses travaux de recherche s’inscrivent dans les domaines du langage et de l’esthétique de la musique française du début du xxe siècle. Ses publications se consacrent à l’étude d’œuvres des compositeurs gravitant autour du Groupe des Six, dont Erik Satie et Henri Collet. Ses récentes activités de recherche se concentrent essentiellement sur l’étude des œuvres de ballet en France au début du XXe siècle dans une perspective interartistique. Elle codirige actuellement un ouvrage collectif intitulé Darius Milhaud, compositeur et expérimentateur et prépare une monographie présentant les résultats de ses travaux de recherche sur l’interdisciplinarité artistique entre la musique et les arts dans les productions françaises des Ballets russes et des Ballets suédois. 

Adresse électronique : Jacinthe.Harbec@usherbrooke.ca

Steven Huebner

Steven Huebner enseigne à l’Université McGill où il a été nommé James McGill Professor.  Ses recherches portent principalement sur la musique française et italienne du XIXe siècle et du début du XXe siècle. Il est l’auteur de deux livres (The Operas of Charles Gounod; French Opera at the Fin de Siècle: Wagnerism, Nationalism, and Style).  Ses nombreux articles ont été publiés dans des revues comme Nineteenth-Century Music, Music and Letters, et Journal of the Royal Musical Association.  Quelques titres récents sont: « Wagner, Dujardin and the Origins of Stream of Consciousness Writing », « Baudelaire à la fin de siècle: Un cycle méconnu de Charpentier », et « Ravel’s Politics ». Il a été co-rédacteur en chef du Cambridge Opera Journal de 2008 à 2014.

Adresse électronique : huebner@music.mcgill.ca

Sylvia L’Écuyer

Sylvia L’Écuyer est professeure associée en musicologie à la Faculté de musique de l’Université de Montréal depuis 2001. Elle a obtenu, en 1992, un doctorat en musicologie de l’Université Laval.  Ses recherches et publications portent sur la musique française du XIXe siècle,  particulièrement sur les musiciens autour du cercle de Berlioz, sur la critique musicale, la presse, l’iconographie musicale et les médias électroniques, l’opéra,  la musique contemporaine et la musique religieuse. Sa thèse de doctorat portait sur  la vie et les œuvres de Joseph d’Ortigue, musicologue et critique. Chargée de cours et de recherche successivement à l’Université Laval, à l’Université du Québec à Trois-Rivières, à l’Université de la Colombie-Britannique et à l’Université de Montréal, elle a fait carrière à la radio publique, comme réalisatrice et animatrice depuis 1985.  De 1996 à 2000, elle a été directrice de la musique à Radio-Canada. Depuis 2007, elle est productrice de l’émission hebdomadaire d’opéra pour ICI Musique à Radio-Canada. Récipiendaire du Prix de la Radio pour la Journée Schubert en 2003, le gouvernement français lui décernait le titre de Chevalier des Arts et des Lettres en 2007.

Adresse électronique : lecuyers@me.com

Christopher Moore

Christopher Moore est professeur agrégé de musicologie à l’École de Musique de l’Université d’Ottawa. Ses recherches portent principalement sur la musique française du XXe siècle, un répertoire qu’il examine en rapport avec les thèmes de la critique musicale, du style musical, des études de genre et de la politique. Ses écrits ont été publiés dans des revues telles que The Musical Quarterly, 19th-Century Music, The Journal of Musicological Research, Music & Politics, Intersections: Revue canadienne de musique et Les Cahiers de la société québécoise de recherche en musique. Il a été le récipiendaire du Prix Philip Brett en 2012 pour son article  « Camp in Francis Poulenc’s Early Ballets« . Christopher Moore travaille actuellement sur un livre portant sur la musique et l’identité sexuelle en France durant les années 1920 et 30.

Adresse électronique : Christopher.Moore@uottawa.ca

Sabina Teller Ratner

Sabina Teller Ratner est professeure associée en musicologie à la Faculté de musique de l’Université de Montréal et spécialiste de la musique française des XIXe et XXe siècles. Elle a enseigné à l’Université de Montréal, à Université Laval, à l’Université McGill et au Collège Vanier. Ses recherches sur Camille Saint-Saëns l’ont amené à réaliser deux volumes du catalogue thématique bilingue des œuvres complètes de Camille Saint-Saëns paru chez Oxford University Press (I. The Instrumental Works, 2002 ; et II. The Dramatic Works, 2012). Elle a par ailleurs édité cinq volumes de musique de Saint-Saëns pour les éditions Durand (Paris), Faber Music (Londres) et la collection « Patrimoine » dirigée par François Lesure (Paris, Alphonse Leduc). Elle codirige actuellement une édition critique des œuvres du même compositeur chez Bärenreiter (Kassel). Mme Ratner a découvert plus d’une centaine de manuscrits musicaux inconnus de Saint-Saëns, lesquels ont fait l’objet d’un article dans la revue Notes, « A Cache of Saint-Saëns Autographs », qui s’est mérité le prix du meilleur article de l’année de la Music Library Association. Elle est également membre du réseau de recherche Critique de la musique française de 1789 à 1914 (Institut pour la recherche en musique, London University).

Adresse électronique : sabina.ratner@sympatico.ca

Stagiaires Post-doctoraux

Federico Lazzaro

federicolazzaro-001Après une thèse sur le concept de « renouveau » chez Jolivet et Messiaen dans les années 1930 (Università di Pavia, 2011), Federico Lazzaro a obtenu un second doctorat en musicologie portant sur l’« École de Paris » (Université de Montréal, 2015). Il est stagiaire postdoctoral à la McGill University (bourse OICRM) et coordonne le projet de recherche Esthétique musicale en France, 1900-1950 dirigé par Michel Duchesneau. Il est chargé de cours aux universités de Sherbrooke et Montréal, membre de la rédaction de la revue Gli spazi della musica et responsables des recensions pour Les Cahiers de la SQRM.

Ses principaux articles publiés ont abordé les sujets suivants : la réception de l’Orfeo de Monteverdi au XXe siècle (Il Saggiatore musicale, 2010); les mises en musique des Chansons de Bilitis après Debussy (Revue musicale OICRM, 2014); les Chansons madécasses de Ravel et l’exotisme (Revue musicale OICRM, 2016); le processus créateur du ballet Guignol et Pandore (dans Texts and Beyond, dir. J. Goldman, 2016). Dans d’autres contributions, il s’est occupé d’Albert Schweitzer, Carlo Gesualdo et Nino Rota, en plus de collaborer à l’édition critique du Sigismondo de Rossini (Ricordi, 2010). Son livre Écoles de Paris en musique : Identités, nationalisme, cosmopolitisme (Paris, Vrin) est en cours de publication.

Adresse électronique : federico.lazzaro@umontreal.ca

Kimberly White

white_photo2-289x300Kimberly White est stagiaire postdoctorale à l’Université de Montréal. Ses recherches portent principalement sur l’opéra, le théâtre et la chanson en France au XIXe  siècle. Ses articles ont été publiés dans des revues comme Women & Music, la Revue de Musicologie et Les Cahiers de la société québécoise de recherche en musique, et elle codirige actuellement un numéro spécial de Cambridge Opera Journal consacré aux chanteurs en France au XIXe siècle. Dans le cadre de son projet postdoctoral, elle travaille en collaboration avec des bibliothécaires et des musicologues afin de développer une collection de partitions musicales en feuilles publiées en France au XIXe  siècle (Marvin Duchow Music Library, McGill University) et d’en faire une ressource accessible aux chercheurs et aux interprètes. Son livre, Female Singers on the French Stage, 1830-1848, paraîtra en 2018 chez Cambridge University Press. 

Adresse électronique : kym.michelle.white@gmail.com 

Étudiants

Justine Brasseur-Masse

download_20160901_221112-256x300Justine Brasseur-Masse est étudiante à la maîtrise en musicologie avec François de Médicis. Boursière de l’OICRM et du FRQSC, elle concentre ses efforts de recherche sur les films de fiction sur le compositeur Robert Schumann et les phénomènes musicaux et sonores au sein de ces biopics. En 2016, elle complète un baccalauréat en piano classique à l’Université de Sherbrooke dans la classe de Carmen Picard. Passionnée de chant choral, elle termine un micro-programme dans cette discipline à l’été 2017 et se joint à l’Ensemble vocal À Contrevoix quelques mois plus tard. Par le passé, elle a collaboré à l’Ensemble vocal et au Chœur de chambre de l’Université de Sherbrooke. Elle s’est également produite avec de grands ensembles tels que l’Ensemble à vents de Sherbrooke, l’Orchestre de chambre de la Montérégie, l’Orchestre Symphonique de Longueuil et l’Orchestre Symphonique de Sherbrooke.

Adresse électronique : justine.brasseur-masse@umontreal.ca 

Judy-Ann Desrosiers

judy-anndesrosiersJudy-Ann Desrosiers est étudiante à la maîtrise en musicologie à l’Université de Montréal. Elle s’intéresse à la musique espagnole et son mémoire porte sur la construction de symboles musicaux à caractère politique dans la musique de ballet du compositeur catalan Roberto Gerhard. Parallèlement à ces études de maîtrise et en complémentarité avec le projet de recherche qu’elle poursuit, Judy-Ann a complété la mineure en études catalanes offerte à l’Université de Montréal avec mention d’excellence en décembre 2015. En plus de la recherche, elle est auxiliaire d’enseignement à la Faculté de musique pour le cours de Méthodologie en musique et le cours d’Esthétique musicale. Au sein de l’OICRM, elle assure  la coordination de l’Équipe Musique française (ÉMF) depuis mai 2015 et s’implique dans le projet de recherche « Histoire de l’esthétique musicale en France, 1900-1950 » (PHEM). 

Adresse électronique : judy-ann.desrosiers@umontreal.ca

Marie-Pier Leduc

leduc2c-marie-pier_photo-244x300Marie-Pier Leduc est doctorante en Musicologie à l’Université de Montréal en cotutelle en Histoire, Histoire de l’art et Archéologie à l’Université libre de Bruxelles. Son projet de thèse porte sur la carrière du critique musical français Émile Vuillermoz (1878-1960) et a reçu le soutien du FRQSC puis du CRSH. Elle détient un baccalauréat et une maîtrise en musicologie avec un mémoire qui portait sur le statut des compositeurs (artisans, génies, vedettes) dans les revues musicales françaises du début du XXe siècle. Ses recherches se concentrent principalement sur l’aspect médiatique de la musique française de la fin du XIXe et de la première moitié du XXe siècle, notamment par l’exploration de la presse de l’époque. Elle est également active dans le domaine de l’édition pour la collection « MusicologieS » des Éditions Vrin et est chargée de cours pour « Méthodologie en musique » à la Faculté de musique de l’Université de Montréal.

Adresse électronique : marie-pier.leduc@umontreal.ca

Aurélie Mavungu-Blouin

aurelie_mavungu-blouinAurélie Mavungu-Blouin est finissante au baccalauréat en musicologie à la Faculté de musique de l’Université de Montréal. De 2009 à 2012, elle a étudié le chant classique avec Cécile Gendron au Cégep de Saint-Laurent, où elle a chanté dans deux productions opératiques. Elle a fait partie de la classe de harpe de Caroline Lizotte de 2012 à 2015. À l’automne 2016, elle entamera une maîtrise en bibliothéconomie, toujours à l’Université de Montréal.

Adresse électronique : aurelie.mavungu-blouin@umontreal.ca

Héloïse Rouleau

thumbnail_photoHéloïse Rouleau est présentement étudiante à la maîtrise en musicologie à l’Université de Montréal. Après des études en journalisme, elle participe à plusieurs revues culturelles la menant à poursuivre une formation de premier cycle en musicologie. Principalement intéressée par la musique du XXe et XXIe siècle, elle se joint à l’Équipe Musique en France à l’automne 2016 dans le cadre du projet portant sur l’esthétique musicale en France (1900-1950), plus spécifiquement dans la presse de l’époque. Elle participe également au projet de recherche sur la médiation de la musique du  Partenariat sur les publics de la musique (P2M) et à la coordination des activités scientifiques de l’Observatoire interdisciplinaire de création et de recherche en musique (OICRM) à l’Université de Montréal.

Adresse électronique : heloise.rouleau@umontreal.ca

Kevin Tougars

kevintougasKevin Tougas a obtenu au printemps son baccalauréat en interprétation de la batterie jazz à l’Université de Montréal. Ayant entretenu depuis ses études collégiales un fort intérêt pour la philosophie en parallèle de son cheminement musical, il a profité pendant son premier cycle universitaire de l’offre de cours du département de musicologie pour trouver une stimulation intellectuelle et découvrir de nouvelles sources d’intérêt. C’est ainsi qu’il a éventuellement obtenu l’opportunité d’approfondir ses connaissances musicologiques dans le cadre du poste d’auxiliaire de recherche qu’il occupe depuis le printemps 2015 au sein du projet sur l’esthétique musicale en France (1900-1950) de l’ÉMF. À l’automne 2016, il poursuivra des études de maîtrise en philosophie, au cours desquelles il compte parfaire ses connaissances générales dans ce domaine et s’ouvrir de nouvelles voies de réflexion sur la musique notamment.

Adresse électronique : kevin.tougas@umontreal.ca

 

Menu Title